Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sci-fi by elwood
  • sci-fi by elwood
  • : tout sur le paranormal, l'étrange; l'occultisme, les nouvelles technologies, l'espace, les phenomenes etranges ou inexpliques et plein d'infos sur ce qui n'est jamais mediatise
  • Contact

SOS

 









Rechercher

Archives

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 05:10

Le château de Dracula.

Bram Stroker un écrivain bien inspiré.

Bram Stroker s'inspira d'un personnage bien réel pour créer son personnage de Dracula : le prince Vlad Tepes (1431-1477), appelé : Vlad l'Empaleur !

Vlad Tepes, a pour véritable  nom Vlad III ou Vlad Dracula (Dracul à l’époque nom qu’il obtient officiellement  en 1437). Il gouverna, à partir du milieu du 15ème siècle, la région de Wallachie qui est en fait le sud de  la Roumanie actuelle.


La naissance de Dracula.

Le nom de Dracula vient d’une déformation de Draco-Onis, le dragon en latin qui est l’emblème sur le blason de la famille, Drac en Roumain signifiant diable.

Le château de Bran qui est le berceau de la légende de Dracula est bien plus ancien (14ème siècle), et se trouve à une cinquantaine de kilomètres au nord, près de la ville de Brasov.

Mais ce personnage effrayant, connu sous l’apparence d’un vampire fut imaginé par l'écrivain anglais Bram Stroker en 1897 ! (Il faut dire que la légende durait depuis car il avait vraiment marqué les esprits par sa cruauté, bien qu’à l’époque on torturait et on écartelait les gens sur la place publique)

Vlad III était d’une cruauté extrême et d’un sadisme sans limite.
Ce qui le distingue de ses congénères de l’époque, qui torturent et mutilent les prisonniers,  c’est qu’il aime par-dessus tout, faire empaler ses ennemis :

Les Turcs !

Un cruel exemple en 1461.

Vlad Dracula refuse de payer le tribut aux Turcs. L’armée ottomane, sous les ordres du Sultan Mohammed II, s'apprête à attaquer la Wallachie et lui demande de rompre son mariage car sa femme est de la famille royale Hongroise.

Mais Vlad Dracula leur avait préparé une réception à la hauteur de sa cruelle folie. Il fait prisonnier pas moins de 20 000 soldats Turcs, et sans autre forme de procès, il les fait empaler en totalité. (Il en fait empaler plus de 100 000 durant sa vie)

Mohammed II qui est un grand guerrier qui a pourtant vu des horreurs, mais la, face à ce massacre, il va faire demi-tour et rentrer à Constantinople sans n’avoir livré aucun combat.

Le château de Bran.

Il est possible de visiter le château et d’y admirer ses 160 pièces, sans risque d’y rencontrer le célèbre vampire. (Normalement)

Les extérieurs sont superbes et on peut y voir des statues, comme celle du Roi Carol 1er ‘1866-1914).

De nombreux Bâtiments dont des écuries occupent les abords du château.

Tout proche se trouve le monastère de Sinaïa qui a donné son nom au village qui est à peine à 2 kilomètres du château. (Une référence biblique au mont Sinaï en Egypte ou Moïse reçut les dix commandements).

Pour info le Château de Dracula est en vente pour 60 millions d’euros.

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 11:58

Origine de la superstition autour du vendredi 13. 

Installée au fil du temps, cette superstition attachée  au nombre 13, a des origines essentiellement bibliques.

Jésus et ses apôtres étaient treize à table, lors du dernier repas, instant représenté par la cène, ceci, juste avant son arrestation et sa crucifixion.

Les catholiques ont associé ce nombre au vendredi, faisant référence au vendredi saint, jour de la pénitence. D'autres légendes suggèrent qu'Eve aurait croqué  la pomme un vendredi avant de la présenter à Adam...

Mais 13 représente aussi un symbole de rupture.

Bon nombre de nos systèmes fonctionnent en base 12 :

Les mois de l'année.

Les signes du zodiaque.

Les heures.

 Le nombre 13 produit une cassure, il n'appartient à aucun système. Il est un accès vers l’après, vers l’irrationnel, il nous emmène vers un mystère, l’inconnu, le mal, la traitrise, de quoi faire trembler les pénitents superstitieux que nous sommes, mais en contre partie il réjouit les joueurs, les parieurs. Finalement le 13, s’accommode à toutes les sauces.

Alors bonheur ou malheur ?

Aucune statistique n’a prouvée, où que ce soit dans le monde, que le 13 pouvait être associé à une quelconque incidence sur notre vie de terrien.

Les chiffres sont souvent utilisés pour étayer ou « Mystériser » un texte, un récit, ou une légende, rien d’occulte, rien de paranormal, juste notre soif d’irrationnel et de rêve.

Cependant, c’est bien notre façon d’abordé les choses ou les événements qui modifie notre comportement et la manière dont nous les appréhendons.

Pour pratiquement tout le monde, ce jour particulier nous renvoi vers l’irrationnel. Pour ceux qui acceptent l'irrationalité dans la vie, on remarque qu’ils considèrent le vendredi 13 comme un jour de chance, voir des jours où même la magie a sa raison d’être.

Pourquoi avons-nous besoin de superstition ?

Les origines ne sont pas souvent connues, mais elles nous renvoient vers des temps reculés et se sont transmises avec les générations.

Il y en a beaucoup ;

Chat noir, passé sous une échelle, trèfle à quatre feuilles, autant de repères dans notre vie, qui nous dirige comme des « TOC », mais nous laissent une ouverture sur notre imaginaire, nos rêves éveillés, enfin un endroit bien à nous, ou en évitant ceci, en touchant cela, en se signant devant un événement et bien nous conjurons tous les mauvais sort éventuels.

Pourquoi une telle emprise des superstitions sur notre quotidien ?

Aujourd’hui, on est appelé à être responsable de sa vie très tôt, à prendre son destin en main, à prendre des décisions très souvent.

Les superstitions agissent donc comme une enseigne lumineuse étant la pour nous rappeler, que nous ne sommes que des pions dans ce monde qui nous absorbe et nous dépasse, et tenter de nous rassurer en nous donnant ce jour la le pouvoir de contrôler notre vie.

Repost 0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 13:46

Le muguet aussi appelé lys des vallées, est une plante originaire du Japon, et qui est présente en Europe depuis le Moyen Âge.

Les jolies clochettes odorantes ont toujours symbolisé le printemps et les Celtes lui accordaient des vertus porte-bonheur.

C’est le roi Charles IX  qui ayant reçu le 1er mai 1561 un brin de muguet en guise de porte-bonheur qui eu l’idée d'en offrir chaque année aux dames de la cour.

Fleur des rencontres amoureuses. Il y a encore, en France et en Europe des « bals du muguet ». Le  seul bal de l'année où les parents ne chaperonnaient pas leurs filles. Les jeunes filles s’y rendaient habillées de blanc et les garçons avaient à la boutonnière un brin de muguet.

Je vous souhaite à toutes et à tous : tout le bonheur du monde.

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 22:02

Des légendes urbaines qui circulent et qui sont plutôt le genre d’histoires que les ados se racontent le soir pour se faire peur.

Je les ai mis ici tel que je les ai trouvées.

 

Drôle de vengeance

Un homme apprenant que sa femme couche avec son voisin, invite ce dernier à l'aider à réparer sa tondeuse. Ils se dirigent donc dans le garage, une altercation s'en suit et le pauvre voisin se retrouve avec le pénis dans l'étau de l'établi dont l'homme avait préalablement enlevé la barre de serrage. L'homme jaloux dépose un couteau au coté de son voisin et met le feu dans le garage lui disant "Tu te coupes le sexe ou tu brûles!".

 

L'armé c cool

Durant la guerre, un soldat écrivait à sa mère chaque semaine pour lui prouver que tout allait bien. Sauf une semaine ou elle ne reçut pas de lettre. Elle commença donc à se soucier. La semaine suivante, elle reçut une lettre de l'armée lui disant que son fils fut fait prisonnier et était retenu comme prisonnier de guerre dans une prison. Ils lui assurèrent que tout allait bien et lui dirent qu'il n'y avait aucune raison de croire que des prisonniers de guerre américains soient maltraités de quelques
Quelques semaines plus tard, elle reçut une lettre de son fils disant "Chère maman, essaye de ne pas t'inquiéter, ils nous traitent bien, et nous serons relâchés dès que la guerre sera finie. N'oublie pas de donner le timbre au petit Teddy pour sa collection. Je t'aime, Joe".
La femme était heureuse d'avoir enfin des nouvelles de son fils, mais était confuse sur le fait qu'elle ne connaissait aucun gamin du nom de "Teddy". Elle décolla quand même le timbre de l'enveloppe et jeta un œil. Elle vit que derrière le timbre était écrit "Ils m'ont coupé les jambes".

 

Si jété a SanAntonio jessayeré sa péte de

À San Antonio, dans les années 60, un autobus scolaire a été écrasé par un train, et tous les enfants qui s'y trouvaient sont morts. Il y a une petite bute près de la voie ferrée, et depuis ce temps, si vous mettez votre auto au point mort sur la voie ferrée, l'auto va monter la butte et aller de l'autre côté de la voie ferrée! De plus, il y a des gens qui mettent de la poudre pour bébé sur leur valise de voiture, et il paraît qu'on peut y voir les empreintes de doigts de jeunes enfants, qui pousseraient la voiture pour ne pas qu'elle se fasse démolir par un train.

 

Attention

Voici une histoire vraie qui s'est produite en Hollande:

Lors d'une nuit un couple est allé manger dans un resto rapide ou il donne, agneau, viande rôtie dans un roulement de Pita, de préférence avec une bonne sauce d'ail. Les restaurants de Shoarma sont les seuls encore ouverts après 2h00 du matin, ainsi c'est l'un des seuls endroits où ils pouvaient aller. Typiquement, dans ces endroits se sont dans serveurs de type Marocain ou Turcs ou de type méditerranéens qui vous servent et qui savent à peine parler le Néerlandais, et au milieu de la nuit chaque invité mangeant avec des personnes qui sont ivres et bruyantes.

De toute façon, ces jeunes ont mangé une viande à demi crue, mais seulement le type n'a pas pris de sauce à l'ail. Plus tard dans la nuit, la fille est tombée très malade, elle est allée aux premiers soins pour obtenir une analyse de son estomac. Après l'analyse du contenu de son estomac, on a constaté que la sauce à ail qu'elle avait mangé était tout simplement le sperme du serveur et des neufs autres employé du shoarma !!!!!

Beurk ......

 

Le sandwich au poulet

Une femme entre dans un restaurant de préparation rapide et commande un sandwich au poulet sans la mayonnaise. Elle commence à manger, et trouve une certaine sauce, et regardant son sandwich, se rend compte qu'il semble y avoir comme de la mayonnaise. Elle le prend et le montre au vendeur, mais ils insistent sur le fait qu'il n'y avait aucune mayonnaise dans le sandwich. Par la suite, il s'avère que le morceau de poulet contenu dans le sandwich était une tumeur, et quand la femme mangea le sandwich la tumeur lui éclata dans la bouche, libérant une certaine substance, c'était du pus.

 

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 23:20

Voila un truc qui circule sur internet, le truc inutile par excellence, puisque sûrement faux et juste destiné à faire peur à quelques parents hyper protecteur.

Quoi qu’il en soit  jugez par vous-même du bien fondé de ces forums……

A LIRE ABSOLUMENT

Bonjour,
 Faite le suivre ce a tout les parents ou personnes s'occupant de jeune enfants!!
McDonalds, Flunch, KFC,Quick ... Tous les endroits avec des fausses balles dans l'aire de jeux. Un de mes fils a perdu sa montre, et a été  tr
ès mécontent. Nous avons creusé et creusé
dans ces boules, en essayant de trouver sa montre. Au lieu de cela, nous avons trouvé du vomi, de la nourriture, des excré
ments, et d'autres choses, dont je ne veux pas discuter.
Je suis allé  titre de gestionnaire. Tout compte fait, les balles sont seulement nettoyées une fois par mois. Je doute mê
me qu'ils le font, ce n'est pas assez souvent... Mes enfants ne pourront plus jamais aller jouer dan s une autre aire de balle.
Certains d'entre vous pourraient ne pas
être des parents, mais vous devriez avoir

Des nièces, neveux, petits-enfants, ou des amis avec des enfants.
Cela vous concerne aussi. Comme je l'ai dit dans le texte suivant
, mon cœur a ét
é  blessé. Je demande sincèrement à chacun d'entre vous de transmettre ce message à
autant de personnes que vous le pouvez. Je ne peux pas souligner combien cela est important!

Salut. Je m'appelle Lauren Archer, mon fils Kevin et moi vivions à Paris. Le 2 octobre 2007, j'ai emporté mon fils unique au McDonald pour son 3e anniversaire. Après le déjeuner, je lui ai permis d'aller jouer dans l'aire de fausses balles. Il a commencé à se plaindre un peu plus tard, je lui ai demandé ce qui n'allait pas, il a insisté sur le bas de son dos et simplement dit 'Maman, j’ai fait mal. 'Je n'ai rien trouvé de mal sur lui à ce moment-la. J'ai donné son bain lorsque nous sommes revenus à la maison, et je l'ai examiné et puis j'ai trouvé un ourlet à sa fesse gauche.
Apr
ès enquête, il semble qu'il y avait quelque chose comme une écharde sous l'ourlet. J'ai pris rendez-vous pour voir le médecin le lendemain, mais bientôt il a commencé à trembler et des vomissements, puis ses yeux ont roule en arrière dans la tête. De l, nous sommes allés la salle d'urgence. Il est mort plus tard dans la nuit. Il s'est avéré que l'ourlet sur sa fesse était la pointe d'une aiguille hypodermique, qui avait rompu à l'intérieur de sa fesse.
L'autopsie a révéla que Kevin était décédé d'une overdose d'héroïne. La semaine suivante, la police a retiré les boules du jeu de fausses balles. Il y avait de la nourriture avariée, plusieurs aiguilles hypodermiques: certaines pleines, certains utilisés; couteaux, des bonbons moitié mangés, des couches, des excré
ments, et l'odeur de l'urine.

Ne croyez pas que c'est juste chez McDonald's. Un petit gar
çon avait joué dans une aire de fausses balles chez Flunch et a aussi commencé se plaindre de ses jambes blessées. Plus tard, il est mort. Il a été diagnostiqué
des morsures de serpents tout au long de ses jambes et des fesses. Quand ils ont nettoyé l'aire de fausses balles, ils ont constaté qu'il y avait un nid de copperhead dans l'aire de fausses balles. Il avait souffert
de nombreuses morsures d'un serpent tr
ès toxiques.

Repost 0
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 14:55

MERCI à vous tous pour vos voeux

Recevez les miens en retour

Grace à vous cette année ce blog à reçu près de 15000 visites et presque 49000 pages vues en 2007

De nouveaux articles sont en cours et seront bientot publiés.

Encore merci à vous tous.

 

Repost 0
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 17:09
Repost 0
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 14:03

Joyeux Noël à vous tous.

Repost 0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 16:53

Légendes, superstitions, mythes ou réalités ?

En France, comme dans tous les pays du monde, les superstitions sont nombreuses et variées :

Des fois, drôles.

Des fois, étranges, faisant référence à des esprits inconnus ou des mots inconnus…

Des fois, effrayantes.

Des fois ….on se perd dans toutes ces vielles histoires, ces vielles traditions, ces vieux :  « on dit que… »

J’ai essayé ici, de regrouper certaines superstitions, dans l’est de la France principalement et de vous les faire connaître.

Mais, comparez avec ces petites habitudes de tous les jours, et vous verrez que partout en France, on parle de la même chose quand on parle, des elfes, des fées, des lutins, des gnomes….ou du Malin…….et bien sur, de Marie ; ou de Dieu lui-même et de ses saints,

Egalement d’illustres inconnus, mais qui semblent pourtant, avoir de grands pouvoirs.

 

Repost 0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 16:46

L'orgue d'or
Au couvent d'Eußerthal, il y avait autrefois un magnifique orgue d'or. Un jour, l'abbé rentra avec une fort mauvaise nouvelle. Il rassembla tous les moines autour de lui et leur dit que des hordes sauvages de paysans avaient pénétré dans la paisible vallée et seraient bientôt aux portes du couvent.

Il exhorta ses moines à cacher dans les caves les si nombreux trésors du lieu et à enfouir l'orgue, la pièce la plus précieuse, dans le marécage de la vallée. Ensuite, ils s'enfuiraient, se cacheraient dans les forêts et prieraient pour lui. Il se retira seul à l'intérieur du couvent.

 Lorsque la horde sauvage investit le couvent, elle chercha en vain les trésors et le célèbre orgue d'or. De colère, les paysans assommèrent l'abbé et mirent le feu au couvent avant de continuer leur chemin.

Depuis lors, le couvent est en ruines et l'orgue d'or repose toujours dans son tombeau humide, car pas un seul des moines ne revint, si bien que personne ne sait à quel endroit du marais il gît, enfoui.

Mais tous les sept ans, on entend, pendant la première heure après minuit, le son divin de l'orgue qui retentit tel une houle profonde et vigoureuse à travers les prairies et les forêts de la vallée d'Eußerthal..

Le diable dupé
Il y a bien des années, les habitants de Darstein voulaient construire une église. Les villageois tinrent conseil pour discuter du projet. C'est à ce moment-là que le diable traversa le village et voulut savoir pourquoi la moitié des habitants étaient encore debout et tenaient une discussion si animée.

Le maire reconnut l'étranger sur-le-champ et improvisa immédiatement une ruse. Il lui raconta qu'on voulait construire une auberge, mais qu'il n'y avait pas assez d'argent dans la caisse de la commune.

Cela plut au diable qui se déclara prêt à aller chercher sans contrepartie les pierres qu'il fallait dans la forêt.

Jour après jour, il apporta de grosses roches au chantier, jusqu'à ce qu'un beau jour, il s'aperçoive que la soi-disant auberge posséderait bientôt une tour. Il découvrit la véritable affectation de la construction et s'aperçut qu'on l'avait trompé.

De colère, le diable saisit un gigantesque rocher qu'il voulut lancer dans le Rhin. Mais le rocher était si lourd qu'il lui échappa et tomba au pied du Maiblumenkopf. Il s'y trouve encore aujourd'hui.

Le roi Dagobert
Au château de Landeck régnait autrefois le roi Dagobert. Il aimait ses paysans, et sa sagesse et sa justice étaient célèbres dans tout le royaume. Il fit construire de nombreuses églises et monastères et fit savoir qu'à ses yeux, tous les hommes, nobles ou paysans, étaient égaux devant la loi. Cela déplaisait à ses cousins et aux puissants du royaume, aussi l'attaquèrent-ils dans son château. Grâce à un fidèle paysan, le roi put s'enfuir et se cacher dans une haie d'épines à Geilweiler Hof. La nouvelle de l'attaque par lâcheté du château se répandit comme une traînée de poudre. Les fidèles paysans se rassemblèrent de partout et contraignirent les poursuivants à prendre la fuite. A sa mort, le roi Dagobert légua en récompense à chacun de ses serfs la propriété d'une forêt, la Haingeraiden. La haie d'épines blanches où le roi trouva refuge, s'appelle depuis " la haie Dagobert ". Elle est aujourd'hui encore sacrée et l'on dit que celui qui en coupe une branche a le bras qui se dessèche et que celui qui frappe un tronc de la hache, périt dans la misère.

Le tonnelier du château d’Arnsbourg

Entre Niederbronn et le Mühltal, le chemin est bien long, et il n'y a pas d'habitations. Seules les ruines du château fort d'Arnsbourg se dressent au-dessus d'une petite vallée. Dans le peuple on raconte que de grands tonneaux remplis des meilleurs vins se trouvent encore dans les vastes caves du château, mais personne encore n'a pu découvrir l'entrée mystérieuse.

Jadis , par une chaude journée d'été, un charbonnier traversait la forêt. Comme il souffrait terriblement de la soif, il regardait à droite et à gauche, s'il ne voyait pas une source ou un petit ruisseau, mais, à cause de la sécheresse qui durait depuis de longues semaines, toutes les sources étaient taries. Soudain, quand il fut près des rochers sur lesquels s'élèvent les ruines du château-fort, une bonne odeur de vin monta vers lui et il gémit :

"O mon Dieu, si seulement quelqu'un voulait me donner de ce bon vin qui se trouve dans les caves du château !"

Subitement, il vit sur les ruines un petit homme avec une barbe toute blanche, un tablier de cuir à la taille, un trousseau de clefs à la ceinture. Il n'y avait pas de doute : le bonhomme faisait des signes amicaux au charbonnier et l'invitait à le suivre. Le pauvre homme, près de mourir de soif, ne se fit pas prier à deux fois et suivit le tonnelier. Ils descendirent de nombreuses marches à moitié effondrées et couvertes de mousse, et ils s'arrêtèrent enfin devant une grande porte. Le tonnelier prit une clef à son trousseau et ouvrit. Ils entrèrent dans une grande cave voûtée, bien conservée et bien fraîche. Une odeur alléchante, forte et suave à la fois, les entoura. Le vieux tonnelier prit dans une niche un verre de cristal finement taillé, le remplit et le tendit au charbonnier en disant :

"Tiens, bois, c'est du vin que buvait le seigneur d'Arnsbourg et que je ne devais lui servir qu'aux jours de fêtes. J'étais son tonnelier, et je suis condamné à rester ici pendant deux cents ans encore, sans pouvoir jouir de la paix éternelle, parce que de mon vivant j'ai mis de l'eau dans le vin des serviteurs. Mais la moitié de ma peine est déjà passée, et je pourrai bientôt me reposer à mon tour".

Le charbonnier but à grands traits. Jamais il n'avait goûté un vin aussi bon ; jamais il n'avait été rempli d'une telle allégresse, de tant de jeunesse et de joie. Il remercia le tonnelier souriant, et, animé de nouvelles forces, il rentra chez lui.

Depuis, beaucoup de bons vivants et de buveurs ont visité les ruines du château d'Arnsbourg, mais le tonnelier n'est plus apparu à personne. Pendant la floraison des vignes, cependant, un parfum fort et agréable monte parfois du sol et enveloppe tout le château. Alors, dit la tradition populaire, il y aura de riches vendanges en Alsace, et en automne les caves se rempliront d'un vin généreux.

Les amours tragiques de Hannemann et de Lise

Au début du XIVème siècle, Hannemann était le chef de la famille des Lichtenberg ; homme d'action, parfait cavalier, il aimait la chasse et la guerre. Très jeune, il se maria avec Jeanne, comtesse de Linange. De cette union naquirent un fils et une fille.

Arrivé à l'age mûr, il tomba éperdument amoureux d'une jolie roturière, Lise, originaire du village de Steinbach, qui lui donna bientôt deux filles.

Sous la pression des membres de la famille, Hannemann cessa de fréquenter sa maîtresse. Néanmoins, il reprit très vite ses relations avec Lise dont il eut encore une fille. Son caractère entier et passionné ne connaissait pas de demi-mesures. Après bien des querelles familiales provoquées par sa liaison amoureuse, il répudia son épouse et installa Lise au château. Il maria ses filles naturelles de belle manière et les dota en puisant largement dans le patrimoine familial.

La colère de la famille était à son comble. Avec l'aide de son oncle maternel, EmichV de Linange, Henri III de Lichtenberg, fils légitime de Hannemann et de Jeanne, assiégea le château de son père et s'en empara. Hannemann fut jeté dans un cachot. Précipitée du haut du donjon où elle avait trouvé refuge, la belle Lise ne survécut pas à sa chute

Pour recouvrer sa liberté, Hannemann, resté captif pendant une longue année, dut prendre des engagements très contraignants. Ainsi prirent fin les amours tragiques de Hannemann, seigneur de Lichtenberg, et de Lise, la belle villageoise de Steinbach.

 

Les frères ennemis du château de Lichtenberg

Il y a bien longtemps, deux frères vivaient au château. Ils tombèrent amoureux de la même jeune fille et bientôt, se détestèrent mutuellement.

Leur haine réciproque devint si forte, si implacable, que l'un d'entre eux jura de faire mourir l'autre de faim. Son frère lui promit la mort par la soif.

C'est ce dernier qui réussit à faire enfermer son frère dans un cachot. Il ne lui fit donner pour toute subsistance qu'un peu de pain sec. Le captif, cependant, parvint à se désaltérer en humectant sa maigre pitance avec l'eau suintant des murs de sa prison. Le chapelain du château s'en aperçut et, soit par compassion, soit par cruauté, en informa le persécuteur.

Fou de rage d'avoir été ainsi dupé, il fit enfermer son prisonnier dans une cellule sèche et bien ensoleillée, où le malheureux, à bout de résistance, ne tarda pas à succomber. Une fois le destin scellé, le bourreau, rongé par le remords, ne supporta plus le poids de sa culpabilité. Il finit par se précipiter du haut du rocher, entraînant le chapelain dans sa chute.

Les quilles d’or du château de Windstein

Dans les Vosges du Nord, les châteaux forts aujourd'hui en ruines sont extrêmement nombreux, surtout dans la région de Niederbronn et de Lembach. Près de Jägerthal, la " vallée des chasseurs ", s'élèvent les deux châteaux du Vieux et du Nouveau Windstein.

Un jour, le jeune fils d'un pauvre berger s'amusait, près des ruines du château de Windstein, à lancer des pierres les unes vers les autres. Soudain, un beau garçon inconnu, avec des boucles blondes autour de son fin visage, en habits de velours noir, magnifiques, mais démodés, se trouva devant lui, sourit et lui dit :

"Si tu veux jouer avec moi, suis-moi au château !".

Le garçon heureux de trouver un si beau compagnon, monta derrière lui vers les ruines, et, lorsqu'ils furent arrivés au sommet, le garçon étranger apporta deux quilles et une boule. Il posa les quilles, prit la boule et la lança contre les quilles qui se renversèrent avec un bruit clair et métallique.

" Maintenant, c'est ton tour ! dit-il au jeune berger ".

Celui-ci prit la boule ; mais elle était tellement lourde qu'il put à peine la soulever de terre. Il voulut placer les deux quilles, saisit l'une et la souleva, mais elle glissa de ses mains et tomba par-dessus le mur en ruines et roula au bas de la pente.

Au bruit l'enfant étranger avait disparu. Le petit berger chercha l'autre quille qui se trouvait dans l'herbe et l'apporta, malgré son poids, à la maison. Il la montra à ses parents, et le père vit, à son grand étonnement et à sa grande joie, qu'elle était entièrement en or. Son garçon lui raconta ce qui lui était arrivé, et aussitôt, le père monta avec son fils au château pour chercher l'autre quille et la boule.

Malgré toutes leurs recherches, ils ne trouvèrent plus rien. Ils furent pourtant bien heureux de ce don précieux qui permit au berger de donner à manger à ses nombreux enfants et de mener une vie moins pauvre.

Repost 0