Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sci-fi by elwood
  • sci-fi by elwood
  • : tout sur le paranormal, l'étrange; l'occultisme, les nouvelles technologies, l'espace, les phenomenes etranges ou inexpliques et plein d'infos sur ce qui n'est jamais mediatise
  • Contact

SOS

 









Rechercher

Archives

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 10:51

Un enfant à la place de la dame blanche, ce n'est pas courant, mais déjà constaté à divers endroits de la planète.
Un témoignage sur un article « les dames blanches » que je vous fais partager.

Si à vous aussi, il vous est arrivé une expérience extraordinaire, racontez-la ici.

« Il y a quelques années de cela, un soir d'hiver, je rentrais chez moi avec mon mari et mes enfants ; j'étais au volant de notre voiture et on passait donc dans le dernier village avant d'arriver chez nous.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir surgir d'un trottoir un petit garçon de 9 ans environ qui me faisait signe de sa main de ralentir. Que faisait-il dehors à cette heure-là en tenue d'été ? J'eu subitement peur pour lui.  
Il était très beau, et blond, un sourire indescriptible (pourrais-je dire serein ?), un sourire tel que celui-là pour moi ? C'en était trop ! Je ne comprenais rien ; la coupe de cheveu au bol ; très distinct, tellement distinct qu'il portait -1 chemisette beige et un short de la même couleur (façon tergal) à plis repassés ; des chaussures type sandalettes. Il était habillé "années 70».
Coup de frein, les pneus n'ont pas glissé sur la chaussée dangereuse, je regarde sur le trottoir par le rétro intérieur, puis je me retourne, plus personne D'habitude je suis très à cheval sur les limitations de vitesse, dans ce village limité à 50km/h j'arrivais sur le rond-point à 90km/h. Pour moi c'était clair, je reprends ma route et lui dit "Merci mon chéri». Je n'oublierais jamais ce sourire merveilleux. Non je ne veux pas savoir qui c'était, je n'irais pas fouiller les archives pour savoir ce qui s'est déjà passé d'horrible sur cette route par respect pour lui ».

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 14:06

DÉTECTER LES FANTÔMES AVEC VOTRE PORTABLE

Installez un logiciel de détection de fantôme sur votre cellulaire ! .

Le logiciel analyse les fluctuations dans les flux de données entrants et sortants, ces derniers étant influencés par les champs électromagnétiques. On pense qu’il y a des activités paranormales lorsqu’il y a des variations dans le champ électromagnétique environnant.

Fonctionne sur ces Modèles:

Motorola -
L6
KRZR K1
RAZR V3
SLVR L7C
V3i
V365
V3xx

Sony Ericsson -
W300i
Z525A
W810i

Samsung -
D407
C417
M500
D807

Nokia -
6102i
6030

“Premièrement, vous devez vous inscrire sur le site  Most Haunted.Les Personnes qui y seront inscris pourrons télécharger le Ghost Detector sans aucune charges supplémentaires.”

logiciel gratuit ici

Je n'ai pas testé si vous essayez tenez moi informé, j'ai mes propres méthodes d'investigations mais je ne suis fermé à rien.......

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 19:11

Le sous-marin hanté

 

En 1916, l’Allemagne entreprit la construction d’une nouvelle flotte de sous-marins, à Bruges. Pendant la construction de l’un deux, le UB-65, deux accidents se produisirent.
Une poutre glissa et écrasa deux hommes, puis un dégagement de gaz toxiques asphyxia trois ouvriers.
Ce n’était qu’un début. Lors de sa première sortie en mer, un des hommes d’équipage se suicida. Peu de temps après, au cours d’un exercice d’immersion, les commandes se bloquèrent. Le sous-marin resta ainsi 12 heures au fond.

L'UB-65 et son équipage fantôme

 

Puis, subitement le navire répondit de nouveaux aux commandes ce qui permit à l’équipage de s’en sortir in extremis.

 

Au cours d’un ravitaillement en vue de sa première croisière d’opérations, une torpille explosa, tuant 6 marins.
Pendant les opérations, seuls quelques hommes restèrent à bord. C’est au cours d’un quart de surveillance que deux marins vinrent trouver l’officier de quart pour lui raconter qu’ils avaient vu le 2è lieutenant, décédé lors de l’explosion de la torpille, monter à bord et se diriger vers l’avant.
Il s’était ensuite arrêté et s’était retourné, les bras croisés, pour les regarder fixement.

 

Deux jours plus tard, le fantôme réapparu à l’avant du sous-marin. Le commandant vit lui aussi le spectre. Il envoya un rapport à l’amiral Schroeder qui ordonna une enquête.
Il alla même jusqu’à faire exorciser le navire ce qui n’empêcha pas les apparitions de continuer jusqu’en 1918.

 

Le commandant se fit muter et l’équipage fut changé.

 

Le nouvel équipage embarqua en juin 1918 pour une mission dans la Manche. Le 10 juillet 1918, le commandant d’un sous-marin américain, le L-2, en patrouille, aperçut au périscope le sous-marin allemand en surface, immobile, sans signe de vie sur le pont.
Il donna l’ordre de s’en approcher, pensant qu’il s’agissait d’une épave. Il vit alors la silhouette d’un homme, les bras croisés, à l’avant du bâtiment immatriculé UB-65.

 

Il s’apprêtait à envoyer une torpille lorsque le UB-65 explosa soudain et coula. Il y avait à bord 34 officiers et hommes d’équipage.L’enquête se poursuivit après la guerre mais aucun nouvel élément ne put expliquer ce qui s’était passé.

 

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 23:20

Fantôme de soldat de la 1ère guerre mondiale

Regardez bien à gauche de l'arbre du milieu.

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 11:27

Dames Blanches

 

Autostoppeuses fantômes, apparitions routières...

 

Il est recensé en France 297 apparitions régulières de ces spectres exclusivement féminins, qui hantent certaines de nos routes. De nombreux témoignages s'accumulent au sein de nos commissariats faisant face à un phénomène certes pas nouveau.

 

L'histoire étrange, mais bien réelle se répète encore et encore, à l'infini :

 

Voici le "portrait-robot" le plus répandu de nos âmes voyageuses : il s'agit donc d'autostoppeuses silencieuses, le plus souvent vêtues de blanc (ce qui leur vaut leur appellation légitime et familière). Elles sont accostées aux abords d'une ville par les automobilistes témoins : ces "Dames Blanches" comme on les nomme couramment, formulent clairement leur destination, puis se murent dans un silence inquiétant avant, au détour d'un virage dangereux, de se volatiliser du véhicule samaritain, laissant un témoin plutôt éberlué qui se rappellera durant longtemps de ce mystérieux passage.

 

Certains, comme le cas de Michel P., auront toujours en mémoire le souvenir de cette rencontre énigmatique qui fait souvent froid dans le dos ! C'est en 1979 que Michel fait route vers Limoges un soir d'hiver et qu'il distingue en plein virage une forme blanche près d'une discothèque : Abordant une jeune femme d'environ une vingtaine d'années, notre témoin très naturellement lui demande où souhaite-t-elle aller à une heure si tardive : "A Limoges, chez des amis si ça ne vous ennuie pas, ne vous en faites pas je me débrouillerai là-bas..."

 

Jusqu'ici, rien de bien invraisemblable pour Michel P. La jeune auto-stoppeuse prend donc place à l'avant tout naturellement. L'automobiliste témoignera du profond mutisme de la jeune fille qui semble tout droit sortir d'un film des années sixties, de par la robe qu'elle porte... La route se poursuit ainsi tranquillement jusqu'à l'approche d'un autre virage, au Pont de la révolution : c'est à ce moment précis que notre jeune passagère semble effrayée soudain, lançant plaintivement à Michel de négocier prudemment ce fameux virage, ce qu'il fait bien évidemment... Soudain, un cri déchire la nuit, faisant sursauter l'automobiliste qui en tournant la tête vers son étrange passagère, s'aperçoit que celle-ci s'est en quelque sorte "dissoute dans l'atmosphère" !

 

C'est en stoppant tout net son véhicule et animé d'un sentiment de stupeur et de terreur que Michel P. constate en descendant que, décidément, il ne reste que le brouillard d'une glaciale nuit hivernale : il est tout seul...

 

Pas un seul témoin ne pourra attester de sa bonne fois. Mais Michel ne se désarme pas, il compte bien témoigner de son étrange et sinistre aventure. Arrivé à Limoges il fait sa déposition à la gendarmerie où on lui confirme qu'il n'est pas le seul à avoir fait la rencontre nocturne d'une auto-stoppeuse fantôme !

 

Plusieurs cas ont en effet été déjà signalés de nombreuses fois au fameux Pont de la révolution, qui fut témoin de la mort d'une jeune femme, accidentée en voiture 20 ans plus tôt... Michel P. ressent sans doute à ce moment-là un profond soulagement : ainsi, d'autres automobilistes ont vécu comme lui cet étrange épisode fantomatique, ce qui ne l'empêche pas d'être bouleversé, on le comprend, par cette rencontre fort singulière.

 

Témoignage d'une errance...

 

Quelles sont les motivations des entités routières ?

 

Des hypothèses ne manquent pas de jaillir au coeur des esprits : quel rôle semble être rejoué incessamment par ces fameuses "Dames Blanches" ? Est-ce un rôle protecteur et bienveillant afin d'anticiper et éviter les accidents de la route ? Où bien incarnent-elles des âmes vengeresses errant sur terre pour au contraire entraîner dans la mort de pauvres automobilistes serviables n'ayant apparemment rien à voir avec leur destin funeste ?

 

Tous les témoins semblent se rejoindre pour confirmer l'attitude au demeurant sympathique de ces jeunes âmes errantes sur les routes de France. Avouons qu'il est plutôt difficile de contredire tous ces témoignages plus solides les uns que les autres !

 

Les psychologues réagissent aux faits en avançant la thèse des visions épileptiques, ou même d'hallucinations collectives quand les témoins sont nombreux. En ce cas, comment expliquer d'éventuelles "preuves matérielles" constatées en certains cas ?

 

Quant aux sociologues, il serait tout juste question de légendes urbaines pour attester du phénomène au sein de nos ères contemporaines. Mais qui dit "légendes" révèle un mythe de source populaire intégré aux traditions : ce qui fait de lui en l'occurrence, une croyance non constatée par le biais d'un témoignage où tout paraît concorder ! Ce qui réfute alors cette dernière hypothèse, décidément moins fondée, surtout au regard des nombreux témoins du phénomène...

 

Un scénario récurrent

 

Toujours ou presque le scénario similaire : une jeune femme accidentée quelques années auparavant se plante au beau milieu d'un virage qui a fait sa perte, ou bien près d'un carrefour non moins dangereux, pousse un cri puis disparaît de leur siège passager.

 

Certaines de ces âmes en détresse s'agitent et semblent incontrôlables quand le lieu funeste apparaît : c'est ainsi le cas d'une auto-stoppeuse fantôme régulière du Calvados, décédée au croisement près de la forêt de Cerisy.

 

Cette âme en peine semble très persuasive et se manifeste toujours par temps pluvieux ce qui rappelle immanquablement un décor de film d'horreur !

 

Plusieurs habitants du village confirment de cette apparition insistante. Il s'agit apparemment d'une jeune fille de moins de 20 ans, qui éternellement rejoue la scène de son propre drame depuis 1960 ! Celle-ci compte bien se faire "entendre" afin que la signalisation soit respectée, puis comme les autres elle disparaît sa mission accomplie...

 

On pourrait ainsi se dire que les mystérieuses "Dames Blanches" sont bénéfiques en cas d'automobilistes imprudents : leur seule apparition serait sans doute un électrochoc pour bon nombre d'insouciants de la route.

 

Preuves matérielles et tactiles

 

D'autres cas d'apparitions encore plus troublants, cette fois marqués par la disparition d'objets. Il s'agit ici d'une matérialisation de dame blanche prise en stop dans le département de l'Isère, par un médecin grenoblois :

 

 

C'est donc en 1977, par une pluie battante que notre témoin pris en charge une jeune femme vêtue de blanc et peu volubile apparaissant régulièrement sur la N 90 à Chapareillan. La jeune apparition désirait aller tout simplement chez ses parents. Arrivée à la hauteur du Pont aux furets, elle démontra des signes d'agitation non dissimulés s'estompant passé le danger, ce qui veut dire que notre "heureux" témoin eut le privilège, si l'on peut dire, d'une apparition plus longue. Un peu plus loin, nos compagnons de route arrivent alors devant une maison que l'inconnue déclare être celle de ses parents. Comme la pluie se fait plus battante, notre charmant médecin prête son parapluie toujours sans savoir ce qu'il va se produire. La jeune femme prend l'objet puit s'éloigne sous les yeux de l'automobiliste, entre bien dans la maison en question pour ne jamais plus en ressortir. Croyant à un oubli de sa part, notre témoin rejoint la fameuse demeure pensant ainsi récupérer son bien. Mais ce n'est pas une jeune femme qui lui ouvrit tardivement cette nuit-là :

 

Stupéfait, notre homme découvre qu'il s'agit d'un couple de quinquagénaires ayant perdu leur fille unique dans un accident de moto, devinez où... au Pont du furet, bien entendu ! Effectivement les pauvres gens dont on imagine l'émotion, confirment dès la description du médecin qu'il s'agit bien de leur fille disparue...

 

Certains témoins automobilistes pris d'ardeurs soudaines pour leur "apparition " déclarent que le contact avec la peau de l'inconnue semblait incroyablement glacial, mais bien palpable malgré le manque réactif de la passagère fantôme qui n'oublie jamais sa mission préventive (ou vengeresse ?).

 

En effet, ces êtres spectraux semblent se matérialiser tout comme nous autres humains. D'apparence humaine, ils sont dotés de parole, mais non loquaces pour autant, vêtus le plus fréquemment de blanc bien qu'il existe également certaines apparitions dotées de ce qui semble être du cuir (pour les accidentées de moto surtout).

 

Le mystère reste hélas entier bien que les témoignages soient légion sur une bonne partie de la France.

 

Pas d' "hommes blancs" recensés ?

 

Et l'on peut aussi s'interroger quant aux hommes morts accidentellement. Que sont devenues leurs âmes, pour quelle raison ne s'investissent-elles pas, elles aussi de cette mission auprès des automobilistes ? Peut-être est-ce tout simplement parce que les autos stoppeurs masculins sont moins nombreux que les autos stoppeuses, qui sait ?

 

Cela ferait figure d'hypothèse...

 

On parle en effet souvent des "Dames Blanches" car ce sont elles qui sont recensées à sillonner certaines zones routières de notre pays.

 

Rencontres plus fréquentes dans certaines régions françaises

 

Tout ce que l'on sait c'est que le phénomène est récurrent, surtout dans certaines régions comme la Bretagne , et en Poitou. Peut-être avez-vous déjà trouvé sur votre chemin ces fameuses "Dames Blanches", peut-être même avez-vous également fait votre déposition dans un commissariat proche de cet incident, mais il est certain en tout cas que vous ne sortirez pas indemne de cette étrange rencontre du 3e type.

 

 

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 21:54

Maison hantée

 

 

M. Boussoulade, occupe au ministère des Finances une importante situation. C'est un homme posé, sérieux, estimé de tous. Voici les faits, d'après une déclaration écrite de Mme Boussoulade, certifiée exacte par les autres membres de la famille, témoins des phénomènes:

 

Ø       Le 1er juillet 1914, je quittais Paris pour le village de Vodable, en Auvergne, avec une de mes cousines, ses enfants et mes deux jeunes filles âgées de neuf et douze ans. Nous avions loué une propriété dans un site ravissant. En voici la disposition :

 

Ø       Au rez-de chaussée, salon-bibliothèque, salle à manger; au premier étage, antichambre meublé et orné de portraits, trois chambres, les miennes, puis deux autres occupées par les domestiques.

 

Ø      Le mois de juillet s'écoula dans le calme; août nous apporta les angoisses de la guerre, et le 1er septembre, ma soeur arriva, fuyant Paris menacé, accompagnée de son fils âgé de dix-neuf ans, garçon grand et robuste.

Ø      Ils étaient à peine remis des fatigues de leur long et pénible voyage, que commencèrent à se produire les phénomènes qui font l'objet de cette lettre. Le 7 septembre, vers 8 heures et demi du soir, réunis dans la chambre rouge du premier étage, celle de ma soeur, nous entendons sonner la cloche, située dans l'antichambre. Personne n'avait tiré le cordon de cette sonnette, qui se trouvait sous nos yeux.

Ø      Le 8 septembre, nouvelle sonnerie, à plusieurs reprises, à la même heure que la veille. Ensuite, dans l'antichambre, un portrait tombe sur la tête de mon neveu. Nous remettons à leur place clou et tableau.

Ø      Le lendemain matin 9, un sabre provenant d'une panoplie fixée au mur de la bibliothèque, au rez-de chaussée, est trouvé sur le sol, sans sa gaine, les clous le retenant au mur étaient intacts. Le soir de ce jour, la sonnette du premier étage recommence son tintement; le tableau tombe à la même heure que la veille.

Ø      Le 10, rien. Le 11, sonneries fréquentes, le soir, entre 9 heures et 9h30. Impatientés, nous mettons du papier dans la sonnette; ce papier tombe et le tintement recommence. Je prie alors mon neveu d'arracher ce battant insupportable; la chose est faite, non sans peine. Un instant après, un des portraits du vestibule s'agite violemment, allant de droite à gauche, dans un mouvement de balancier.

Ø       Le 12, les tableaux de la salle à manger sont trouvés penchés. À 7 heures du soir, un cache-pot de cuivre, placé sur une fenêtre de l'escalier, à mi-étage, descend avec fracas, sur son fond, les marches de pierre et ne s'arrête qu'au rez-de-chaussée. Remis à sa place, il redescend à nouveau.

 

Ø       Le 13, en voulant pénétrer dans ma chambre, au second étage, vers 7 heures du soir, je constate avec terreur que ma porte est fermé à double tour, la clef étant resté en dedans; il en est de même pour la porte du couloir, qui commande la seconde chambre impossible donc de rentrer chez moi. On arrive à crocheter la serrure et à pénétrer dans les pièces.

 

Ø       Le même soir, réunis tous dans la bibliothèque avec deux visiteurs, nous voyons un portrait se détacher du mur et tomber au milieu de la pièce; le clou est au mur, le cordon intact. Nous montons visiter nos chambres; derrière nous, une malle tombe du haut d'une armoire, une porte est fermé à clef; la clef cachée par ma soeur dans un tiroir connu d'elle seule, a disparu.

 

Ø       Le 14, un grand feu s'allume dans la cheminée du salon; un tableau de l'antichambre est projeté au-dessus de la tête de la femme de chambre, son clou est au mur, son cordon intact. En nous mettant à table le soir, nous voyons s'abaisser le cordon de la sonnette de la salle à manger et celle-ci se met à sonner. Dans la bibliothèque, sous nos yeux, un tableau tombe, violemment arraché du mur avec les clous qui le retenaient.

 

Ø       Le matin du 15, ma cousine est enfermée dans sa chambre comme dans une prison; les clefs des portes ont disparu et nous les cherchons vainement. Le serrurier arrive et aussitôt les clefs tant cherchées sont retrouvées très en évidence. Depuis ce jour, nos clefs resteront toujours sur nous et nos chambres demeureront fermées en notre absence pour éviter toutes nouvelles plaisanteries, et pourtant chaque soir, ma cousine, ma soeur, mon neveu, trouveront dans leur lit en se couchant, des plants de navet, des pincettes, des assiettes, des chardons et jusqu'au buste de l'ancien propriétaire du logis.

 

Ø       Le 16, le cache-pot de cuivre remonte au premier étage; le sabre tombe à terre, hors de son fourreau.

 

Ø       Le 17, une assiette caché dans le lit de mon neveu, puis posée sur un autre meuble, est violemment projetée à terre; en face, sur un autre meuble, un chandelier est jeté aussi.

 

Ø       Le 19, je pars avec mes enfants pour Bordeaux où se trouvait mon mari; heureuse de fuir cette maison inhospitalière, mais mon départ ne devait pas arrêter le cours de ces facéties, qui se continuèrent en mon absence. Le 20, mon neveu, près de s'endormir, se sentit soulevé par une force invisible avec son lit fort lourd en acajou presque verticalement. Ma soeur, ma cousine, accourues à ses cris, ont été témoins du fait.

 

Ø       En présence de ces phénomènes, aussi étranges que troublants, le départ pour Paris est décidé; alors, les facéties, se multiplient. Le buste de l'ancien propriétaire est trouvé dans le lit de la chambre rouge, la tête sur l'oreiller, les couvertures remontées sous le menton et, plus tard, dans le lit de mon neveu. Un cache-pot de cuivre, placé dans l'antichambre, fait un bond prodigieux pour retomber au milieu de l'escalier; replacé sur la fenêtre, il descend les marches comme la première fois sous les yeux des assistants. Un pot de grès bondit à travers la cour de la remise où il se trouvait et vient se briser sur la table de la salle à manger, en passant par la fenêtre ouverte.

 

Ø       Le 24, jour du départ, on replace les tableaux tombés précédemment; ils retombent à nouveau. Les meubles du salon - pièce où rien encore ne s'était passé - sont renversés; on les relève; ils tombent une seconde fois; il en est de même, aucun siège ne reste debout. Réunis pour le dernier repas autour de la table de la salle à manger, les convives voient cette table s'agiter, se soulever et se diriger du côté de ma soeur.

 

Ø       Rentrés à Paris, ma soeur, ma cousine et mon neveu ont retrouvé le calme dont je jouissais moi-même à Bordeaux, oublieuse des événements fantastiques dont j'avais été témoin.

 

Ø       Dans le courant de décembre, je reviens à Paris avec mon mari et mes enfants. Le 17 de ce mois, nous nous trouvons réunis chez ma cousine, pour un dîner de famille, à la veille du départ de mon neveu pour l'armée. A peine étions-nous assis autour de la table que celle-ci s'agite et se soulève. Le bois fait entendre des craquements ininterrompus. Nous questionnons la table - un coup, oui; deux coups, non - les réponses sont ridicules ou incohérentes. Nous achevons de dîner à grand-peine. Durant la soirée, trois sonnettes électriques tintent d'elles-mêmes.

 

Ø       Le lendemain, nouvelle réunion chez moi pour déjeuner. La table fait de véritables bonds dès que nous sommes assis autour d'elle et s'agite plus fortement encore que la veille à tel point qu'il faut, pour la maintenir, toutes nos forces réunies. Dans le salon, après le repas, un cache-pot de bronze quitte son support sous nos yeux et bondit au milieu de la pièce à trois reprises; un fauteuil est jeté à terre par trois fois aussi. Au moment du départ, nos convives cherchent longtemps leurs chapeaux disparus et les retrouvent dans les lits ou derrière les meubles.

 

Ø       Ma cousine part, et le calme se rétablit; elle revient une heure après et, de nouveau, la table s'agite, les objets sont lancés à travers la pièce, tout cesse après son départ.

 

Ø       Sur ces entrefaites, mon neveu est parti pour l'armée (il a été tué au mois de mai 1915) et, depuis lors, nous n'avons plus eu aucun fait de ce genre à enregistrer.

 

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 12:11
Cette photo a été prise dans une église à Woodford, Northampton, elle montre une figure fantomatique se mettant à genoux devant l'autel.
Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 12:09
Célèbre photographie prise en 1960 dans l'église de Newby (Yorkshire du nord), par le révérend KF Lord. Le révérend n'a aperçu ce spectre qu'après développement de la photo.
Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 12:06

Personne devant l'autel du prieuré de St-Nicolas, à Arundel, 1940.

Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 12:01
Brown lady de Raynham Hall, prise le 19 Septembre 1936 à Norfolk, Angleterre. Certifiée authentique.
Repost 0
Published by elwood - dans fantomes
commenter cet article