Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sci-fi by elwood
  • sci-fi by elwood
  • : tout sur le paranormal, l'étrange; l'occultisme, les nouvelles technologies, l'espace, les phenomenes etranges ou inexpliques et plein d'infos sur ce qui n'est jamais mediatise
  • Contact

SOS

 









Rechercher

Archives

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 17:53

La vierge noire.

Beaucoup pense que cette église est construite sur un ancien puits d’époque Celtique.

Une église hors normes.

Cet édifice est surprenant pour plusieurs raisons, ses dimensions d’abord qui n’ont rien à voir avec une église de campagne traditionnelle.

Et le plus curieux, c’est que malgré sa taille imposante, elle est discrètement dissimulée derrière une  végétation, qui de loin fait penser à une oasis dans le désert.

Pour en revenir à Rennes le Château…

Nous allons voir que cette église nous y ramène.

Déjà dans le livre de l’abbé Boudet, curé de Rennes le Château, car celui-ci lui consacre un chapitre entier. (En lisant entre les lignes on fait des interprétations de ces allusions).

Don juan, consacré à Marie dés sa naissance se mariera dans cette église, on entend dire qu’il est mystérieusement attiré par cette église Notre Dame de Marceille.

Et pour des raisons historiques et je pense que c’est important de le rappeler.

Au moyen âge.

Nous l’avons vu, au IXe siècle le site de Notre Dame de Marceille est un simple alleu qui fait partie de l'abbaye de Lagrasse et ce avec le concours de Charlemagne. L'alleu devient par la suite propriété de l'abbaye de Saint Hilaire vers 980. 

En 1137 un certain Géraud de Marceille effectue une donation des terrains ce qui explique sans doute l'origine du nom.

Le 8 août 1381 Gaston de Phébus, comte de Foix et son ennemi Jean de Berri s'y rencontrèrent pour une messe. (Nous sommes ici dans la guerre de cent ans)

Mais les guerres de religions au cours du XVIe siècle font oublier le culte de la Vierge Noire au profit Notre Dame du Rosaire, l’église des Jacobins de Limoux.

Entre1660 et 1673, date de sa mort, c’est Monseigneur François Fouquet, évêque de Narbonne et frère du célèbre Nicolas Fouquet, qui est responsable de Notre Dame Marceille et qu’il gère seul le domaine. Cet épisode lui permit de réaliser certains aménagements très particuliers…

Le retour de la vierge noire.

C'est le cardinal Pierre de Bonzi (1630-1703), alors archevêque de Narbonne et successeur de Monseigneur Fouquet, qui décide en 1674 de restaurer la dévotion de la Vierge Noire à Notre Dame de Marceille.

Ce sont les pères abbés de la congrégation d’Avignon qui ont la charge de faire revenir le culte à la vierge noire.

Un pèlerinage permis de réaliser les premiers travaux destinés à l'embellissement du sanctuaire.

Cette restauration qui durera plusieurs dizaines d’années tout au long du XVIIIe siècle et jusqu'à la révolution.
End  part 2

 

 

Prizee : Jeux Gratuits et Cadeaux !
Repost 0
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 20:46

L’église Notre Dame de "Marceille ".

On sait très peu de chose sur la date exacte et l’origine de l’édification de cette église

De ce lieu dit « Marceille » prés de Limoux.

On situe son élévation au début du XVe siècle.

Vous devez vous en douter, cette église a un lien avec Rennes le Château.

Une belle légende nous raconte l’origine de cette église.

Il faut savoir qu’à l’époque, ces terres appartenaient à un paysan libre, c'est-à-dire qu’il ne dépendait d’aucun seigneur et ne payait de taxes à personne, on appelait ces exploitations des alleux. Une dotation faite par Charlemagne aux religieux.

Voila donc cette légende.

Un cultivateur qui labourait son champ, fut surpris de voir ces bœufs s’arrêter sans raison et refuser d’avancer, semblant même craintifs.

Après avoir tenté en vain de raisonner ses bêtes, le paysan intrigué décida de creuser aux pieds des bœufs.

Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant une vierge sculptées dans un bois très sombre.

Il rapporta chez lui sa découverte, et après l’avoir installée dans sa maison, il va se coucher.

Mais sa surprise est grande en se levant. La statue de la vierge noire a disparue.

Après avoir cherché en vain, il retourne à ces labours, et la, il a la deuxième surprise de la matinée. La statue est revenue à sa place dans le champ.

Très pieux, il va raconter son aventure au clergé qui immédiatement fait bâtir sur le lieu même de la découverte, «  l’église Notre Dame de Marceille ».
fin part 1.

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 16:25

Les proches de l’abbé Saunière part 6.

P

PARENTY

Fournisseur de l'abbé Saunière: statuaire.

PARIS Berger

Berger de Rennes le château, qui au XVIIe siècle, aurait trouvé de l'or au fond d'une grotte située sur le plateau de Rennes le Château.

PARIS Famille

Famille installée à Rennes le château. Elle est homonyme du berger au trésor, et existait encore du temps de l'abbé.

PAVILLON Nicolas

Évêque d'Alet, qui, avec Saint Vincent de PAUL  et l'abbé Jean OLLIER, feront une promotion très efficace à la compagnie du saint sacrement, basée à l'église Saint Sulpice de Paris.

PECHOU (famille)

Famille installée à rennes le château. Souvent cultivateurs propriétaires.

PETITJEAN (banque)

Une des nombreuses banques avec qui l'abbé Saunière fût en affaire. Il les contacta pour essayer de vendre son domaine en 1911.

PLANTARD Pierre

PONS Abbé

Curé de Rennes le château de 1836 à 1878. A sa suite, la cure resta vacante jusqu'en 1881.

PONTIER Camille (abbé)

Curé de Montazels puis d'Espéraza, il entretenait de bonne relation avec l'abbé Saunière.

POUSSIN Nicolas (1594 - 1665)

Peintre célèbre, il peignit, entre 1638 et 1639, un tableau intitulé Les bergers d'Arcadie qui représente un tombeau semblable à celui qui se trouvait au hameau des Pontils.

Celui ci, bien que postérieur, inspira et inspire encore certains chercheurs de trésor de Rennes le château et ce d'autant plus que certains soupçonnent Nicolas POUSSIN d'être à l'origine véritable de la fortune de Nicolas Fouquet.

PUGENS P.

Fournisseur de l'abbé Saunière: quincaillerie ferronnerie à Limoux

 

R

RAMON Edmond

Fournisseur de l'abbé Saunière: Marbrerie installé à Castre.

RAYNAUD (famille)

Famille installée à Rennes le château de temps immémoriaux. Souvent cultivateur et propriétaire.

RAYNAUD Michel

Fournisseur de l'abbé Saunière: Tapissier installé à Carcassonne.

RESCANIERE (abbé) (1878 - 1915)

Prêtre qui succéda à l'abbé BOUDET à la cure de Rennes les bains. Il décède brutalement.

RIBES Pierre

Fournisseur de l'abbé Saunière: Papetier à Limoux.

RIEU F.

Fournisseur de Marie DENARNAUD installé à Limoux: Vêtements et linge.

RIVIERE (famille)

Famille installée à Rennes le château. Souvent cultivateurs et propriétaires.

RIVIERE (abbé)

ROCHE (Docteur)

Médecin installé à Couiza, il suivait l'abbé Saunière. Comme son confrère le docteur Courrent, il dressa des certificats de complaisance à Bérenger SAUNIERE durant son procès.

ROUANET Barthélémy (abbé)

Curé de Bages les flots, ami de Bérenger Saunière. Ils étaient en relation par une correspondance suivie, en particuliers durant le procès. Il décède en 1911.

ROUGE ou RUC

Cultivateur au Bézu, il trouva en 1860 au lieu dit Charbonnières un lingot d'or de 20 à 50 kilogrammes selon les témoignages, entouré d'un revêtement bitumeux. Il s'agissait probablement d'une cache opérée au fond d'un four à charbon de bois.

Les lingots d'or viendraient d'Espagne.

La grand-mère maternelle de l'abbé Saunière était Marie Rouge sans que je sache le degré de filiation entre ces personnages.

ROUGE (famille)

Famille installée à Rennes le château de temps immémoriaux. Souvent cultivateurs et propriétaires.

ROUGER Louis (abbé)

Curé de Rennes le château au début du XIXe siècle, il menaça le conseil municipal de partir si l'on ne lui accordait une hausse de traitement (1810).

ROUSSET (famille)

Famille de cultivateur et de propriétaires installés à Rennes le château.

RUC

Voir ROUGE.

S

SABATIER Michel

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Carcassonne. Alcools forts.

SAGLIO Jean

Vicaire général à Carcassonne, c'est lui qui préside la commission qui étudie les comtes de l'abbé Saunière.

SAINT-JEAN (de) Pierre

Coseigneur de Rennes le Château avec son frère Bonnet, il eut des responsabilités importantes au sein de l'ordre templier. Précepteur et maitre des honneurs de Carcassonne et du Rhedez… jusqu'en 1167.

SALTRE Alexandre

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Sète: vins et liqueurs.

SAUNIERE (nom)

Le nom de SAUNIERE est assez courant dans la région (il dérive de SAULNIER, qui exploite le sel) puisque la Sals est salée et à été exploitée pour tel. On peut croiser, en étudiant les archives, plusieurs personnes de ce nom qui ne sont pas apparentées à la famille de l'abbé Bérenger SAUNIERE.

Par exemple, dans les années 1900, un Jean SAUNIERE, chapelier, habite le village de Rennes le château. Il n'a aucune filiation directe avec notre abbé.

SAUNIERE Alfred (abbé)

SAUNIERE Bérenger (abbé)

SAUNIERE Martial

SAUNIERE Mathilde

Elle le citera à comparaitre devant le juge de paix de Limoux car il refusait de prendre sa mère à charge (1906).

C'est elle qui s'occupe de la mise en terre de leur mère en 1909.

Elle sera victime d'une agression sauvage en 1906, pour motif de vol apparemment.

SAUNIERE Paul

Vicaire de l'église Saint Just de Narbonne, il était apparenté à l'abbé Bérenger SAUNIERE.

SAUZEDE (famille)

Famille installée à Rennes le château, cultivateurs et propriétaires.

 T

TAILLEFER

Fournisseur de l'abbé Saunière: carreleur.

THOMAZEAU

Fournisseur de l'abbé Saunière: retouches et mouchoirs

TISSEYRE (famille)

Famille installée à Rennes le château. Souvent cultivateurs, propriétaires, chapeliers.

TRUILLET (famille)

Famille installé à Rennes le château.

 

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 16:22

Les proches de l’abbé Saunière part 5.

 

L

LABOUISSE ROCHEFORT

Auteur de "Voyage à Rennes les Bains", paru à Paris en 1832

LAFONT Vincent

Fournisseur de l'abbé Saunière: peintre, il exerça ses talents à la villa Béthanie vers 1905.

LAMOIGNON de BASVILLE

Auteur de "Mémoires pour servir à l'histoire du Languedoc" parut en 1734 à Amsterdam. Il cite les mines d'or de Rennes les Bains.

LAWRENCE Louis Bertram (1884 - 1952)

Citoyen américain, ingénieur, arrivé en France durant la première guerre mondiale. Il s'installera aux Pontils, qu'il a racheté à la famille Galbert.

Il finira la construction du tombeau des Pontils pour lui donner définitivement cette apparence si semblable à celui du tableau de Nicolas POUSSIN (1932). Sa mère y est inhumée, en 1922, embaumée.

Il quittera ce hameau en 1933.

LEULLIEUX (monseigneur)

Evêque de Carcassonne de 1872 à 1881, il sera remplacé par monseigneur Billard.

Il est le premier évêque de Bérenger Saunière. C'est lui qui le nommera curé à Le Clat.

LOBINEAU Henri

Auteur désigné à un apocryphe "Généalogie des rois mérovingiens et origine des diverses familles françaises et étrangères de souche mérovingienne. Les éléments de ces apocryphes sont à prendre avec une extrême prudence.

LOTTES Fils

Fournisseur de l'abbé Saunière: Tapisserie, décoration.

M

MALLET (famille)

Famille installée de temps immémoriaux à Rennes le château, souvent cultivateurs.

MARRE (famille)

Famille installée depuis toujours à Rennes le château, souvent cultivateurs ou chapeliers.

MARTY abbé

L'abbé MARTY a eut la tache de succéder à Bérenger Saunière après son interdiction par le tribunal.

D'abord, il ne put s'installer au village même: car l'abbé Saunière était locataire du presbytère qu'il avait loué pour plusieurs années à la municipalité, mais surtout, parce que personne ne lui proposa de logement.

Il desservait aussi Coustaussa. En 1911, il fût nommé curé de Rivel.

MEDRIC

Fournisseur de l'abbé Saunière: Libraire à Limoux.

MESTRE Mathieu

Fournisseur de l'abbé Saunière: ameublement à Limoux. C'est lui en particuliers qui livrent le confessional, mais il livra aussi de nombreux autres meubles, portes...

MIS Louis

Second avocat de Bérenger Saunière lors de son procès devant le tribunal de l'officialité.

MOCQUIN (abbé)

Nommé curé de Rennes le château en 1881, il restera seulement quelques mois.

MONNA

Statuaire de Toulouse, ils livrèrent le nouvel autel de l'église de Rennes le château qui est la seule pièce à ne pas être issue des ateliers Giscard  

MONTFORT Simon

Seigneur qui commanda la croisade contre les Albigeois au XIIIe siècle.

MOULINES (famille)

Famille installée à Rennes le château. Souvent cultivateurs.

NOUBEL Guillaume

Fournisseur de l'abbé Saunière: ameublement. Outre de nombreux et coûteux meubles pour la villa Béthanie, ils livrèrent la bibliothèque de la tour Magdala.

OLIVER Paul

Fournisseur de l'abbé Saunière: vin de messe.

 

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 16:17

Les proches de l’abbé Saunière part 4.

G

GALIBERT (famille)

Famille propriétaire des Pontils, c'est elle qui est à l'origine de la construction du tombeau des Pontils en 1903.*

Ce tombeau présente une grande ressemblance avec celui peint par Nicolas POUSSIN dans Les bergers d'Arcadie.

GALLY Alfred

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Carcassonne. Librairie papeterie.

GARROUSTE (famille)

Famille installée à Rennes le château depuis toujours.

GAVIGNAUD (famille)

Famille installée à rennes le château depuis toujours.

GAZEL Louis (abbé)

Curé de Floure, ami de l'abbé Saunière qui lui restera attaché malgré le procès de 1909-1910.

GELIS Antoine (abbé) (1827 - 1897)

Curé de Coustaussa, village voisin de Rennes le château, à partir de 1855. Il fut d'abord curé de Coursan (1855 - 1858).

GELIS J père et fils

Fournisseur de l'abbé Saunière: Horticulture.

GISCARD (Famille)

GOBLET Raymond

Ministre des cultes en 1885, c'est de son ministère qu'émane la suspension de traitement de l'abbé Saunière durant six mois. En effet, celui ci, probablement influencé par différents articles s'était laissé aller à prononcer un prêche extrêmement réactionnaire.

Il fût suspendu avec quatre de ses collègues pour le même motif.

Grandes carrières d'ardoise

Fournisseur de l'abbé Saunière, ils réaliseront la toiture de la villa Béthanie en 1902.

GRASSAUD Eugène (Abbé)

Professeur au lycée Louis de Gonzague de Perpignan, puis curé d'Amélie les bains (1900 - 1908) et de Saint Paul de Fenouillet. (1908 - 1945).

Ami fidèle de l'abbé Saunière. Après la mort de Bérenger Saunière en 1917, il restera en contact avec Marie DENARNAUD qu'il conseillera à plusieurs reprises.

GUIFRED (archevêque)

Archevêque de Narbonne, il vint chercher refuge à Rhedae en 1059, témoignant par là de la sureté de la  place forte de l'époque.

 

H

HABSBOURG (famille)

La famille de HABSBOURG intéresse les chercheurs à cause de différents témoignages qui signalent à Rennes le château un personnage important, à l'accent germanique, identifié comme appartenant à cette famille.

HABSBOURG Jean Salvator

L'un des personnages les plus étonnants de la famille des HABSBOURG, il a parfois été identifié comme étant l'étrange visiteur de l'abbé Saunière.

HAUTPOUL (famille)

Famille noble de Rennes le château, qui apparaît en 1422.

En 1732, François épouse Marie de Nègre d'Ables, avec qui il n'aura que des filles.

HUGUET (chanoine)

Avec maître MIS, un des deux avocats ecclésiastiques qui défendront Bérenger Saunière lors de son procès avec son évêque. Il restera en contact avec l'abbé Saunière et échangera avec lui une correspondance régulière.

IDRAC Jean

 

I

Fournisseur de l'abbé Saunière, il est responsable des travaux de menuiserie. Il remplace Oscar VILA en 1906.

ISSAC Auguste

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Carcassonne: Vêtements ecclésiastiques

JAFFUS A.

Auteur d'un ouvrage intitulé "La cité de Carcassonne et les trésors des wisigoths" 

JAFFUS Firmin

Auteur d'un ouvrage paru en 1867  intitulé "La cité de Carcassonne a-t-elle renfermé une partie des trésors du temple de Jérusalem".

Carcassonne n'étant distant que d'une quarantaine de kilomètres de Rhedae, certains chercheurs se sont demandé si ce n'était pas Rhedae qui avait pu renfermer un tel trésor.

JAMMES Paul

Instituteur à rennes le château. Il semble avoir eu de très mauvaises relations avec l'abbé Saunière.

JORDY Michel

Photographe, il réalisa des collections importantes de cartes postales, encore aujourd'hui connue sous le nom de "JORDY". Elles avaient la particularité d'inclure des personnages.

Entre 1890 et 1900, il passe prendre 7 ou 8 vue de Rennes le château.

JOURDANNE Gaston

Membre de la Société des Etudes Scientifiques de l'Aude. En 1892, en pleine réunion de la société, il se fît l'écho d'un article parut dans la revue de Pyrénées, particulièrement défavorable à l'œuvre de l'abbé BOUDET, et émis lui même un avis extrêmement négatif.

 

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 15:12

Les proches de l’abbé Saunière part 3.

E

ESPEZEL (docteur)

Médecin de Couiza, il était, pour des raisons qui nous échappent, un ennemi juré de l'abbé Saunière.

ESTIEU (instituteur)

Instituteur à Rennes le château vers 1900, il donnait en plus des cours pour les adultes.

FAGES A.

Membre de la Société des Etudes Scientifiques de l'Aude, habitant Rennes le château. On lui doit plusieurs articles et communications dans le bulletin de la société, dont De Campagne les bains à Rennes le château (1908).

C'est lui surtout qui a fouillé l'ossuaire découvert par Auguste FONS en 1902, situé dans une faille du plateau du village, et ce jusque dans les années 1940, et en a retiré de nombreux vestiges.

FARACO Pascal

Fournisseur de l'abbé Saunière: Objets de piété. (Carcassonne).

FAURE

Famille de Rennes le château

Conseiller général de l'Aude, membre de la Société des Etudes Scientifiques de l'Aude et auteur historique local. C'est lui qui situe l'ancienne ville de Rhedae à Rennes le château et qui prétend que la population atteignait 30.000 habitants ce qui a été largement discuté et invalidé depuis. Il était aussi un ami et un ardent défenseur de l'abbé BOUDET et de son œuvre Il décède en 1899.

FERRAFIAT (abbé)

Le père FERRAFIAT était un prêtre missionnaire qui prêchait de paroisse en paroisse pour les grandes occasions. C'est lui qui assure le sermon lors de la visite de Monseigneur BILLARD en juin 1891. Il s'agissait probablement d'une connaissance commune de l'abbé Bérenger Saunière et de son frère Alfred.

FEUGERE Pierre

Personne à qui l'on a attribué à tort la paternité de l'un des nombreux apocryphes mérovingiens de Rennes le château: Le Serpent Rouge.

FEUR Henri

FLEURY de (famille)

Famille noble qui apparait à Rennes le château en 1767. Ils furent aussi un temps propriétaire de la station thermale de Rennes les bains.

FONS famille

Famille installée depuis toujours à Rennes le château, souvent cultivateur et propriétaires.

FONS Abdon

Né le 2 décembre 1908, dans des conditions très difficiles. Alors que sa mère semblait devoir passer de vie à trépas, elle demanda "le flacon renfermant l'eau miraculeuse de Saint Abdon et Sennen". La mère et l'enfant survécurent. Ce phénomène semble avoir, comme on s'en doute, vivement impressionné Bérenger SAUNIERE.

Auguste

C'est lui qui découvre en 1902 un ossuaire au pied de la tour MAGDALA, probablement à l'occasion des travaux de fondation. Les fouilles opérées par A. FAGES ont montré qu'il était d'époque néolithique,

FONTECAVE Jean

Maire de Rennes le château jusqu'en 1888.

FOUQUET Nicolas

Surintendant des finances de Louis XIV, c'est à dire ministre de l'économie. La fortune qu'il bâtie causa sa perte, et son emprisonnement à vie.

Il est lié à l'affaire de Rennes le château par ses relations avec le peintre Nicolas POUSSIN. En effet, une des œuvres de celui ci, les bergers d'Arcadie met en scène un tombeau identique à celui qui se situe au hameau des Pontils, à quelques kilomètres de Rennes les bains.

De nombreux chercheurs de trésor ont relevés l'anecdote, qui est devenue l'une des pistes du trésor.

Il est historiquement prouvé que le tombeau de Pontils est très nettement postérieur à l'œuvre du peintre (vers 1900).

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 15:07

Les proches de l’abbé Saunière part 2.

 

C

C. Famille de

C'est sous cette lettre que l'abbé Saunière cache l'identité de l'un de ses plus gros donateurs. On l'identifie généralement à la famille de CHEFDEBIEN, avec qui l'abbé Alfred SAUNIERE, le frère de Bérenger, fût en relation.

CALS Guiraud

Architecte, inspecteur diocésain. Il dresse un rapport sur l'état de l'église de rennes le château en 1853.

CALVE Emma

CAMDERON

Boulanger à Couiza, fournisseur régulier de l'abbé Saunière qui offrit un bijou ancien et de très grande valeur à madame CAMDERON.

CAMINADE Tiburce

Architecte, c'est lui qui dressa les plans de la villa Béthanie et de ses dépendances. Ces plans ne nous sont pas parvenus.

CAMP Antoine

Maire de Rennes le château durant quelques mois à la révolution française.

CAMP Jean Antoine

Premier curé "républicain" de Rennes le château. Visiblement apprécié des habitants, puisqu'il fût élu, il démissionna plusieurs fois de sa charge avant de la réintégrer. Il semble qu'il parte définitivement vers 1805 pour Villelongue. Il prend sa retraite à Limoux en 1830.

CANTEGRIL Gustave

Vicaire général à l'évêché de Carcassonne, il apparaît très souvent dans la correspondance de Bérenger Saunière avec son évêché lors de ses procès.

CAPTIE Michel

Maire de Rennes le château vers 1835.

CAPTIER

Famille installée à rennes le château depuis toujours.

Plusieurs de ses membres apparaissent dans l'affaire. François est maire du village de 1818 à 1826.

CAPTIER Antoine (1833 - 1903)

Cultivateur propriétaire, il fût aussi le carillonneur de l'abbé Saunière. C'est lui qui remet à l'abbé de petits parchemins trouvés dans la cache creusée dans un vieux balustre en bois.

CARTAILHAC Émile

Anthropologue, il fit parti des gens qui critiquèrent vivement l'ouvrage de l'abbé BOUDET "La vraie langue..." en particuliers dans un article de la Revue des Pyrénées en 1892.

CASSIGNAC

Famille installée à Rennes le château.

CASTEIX Georges

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Limoux. Papiers peints, peinture, tapisseries...

CASTEL

Fournisseur de l'abbé Saunière : Plâtre.

L'usine à plâtre CASTEL est située à Couiza.

CASTELBON de BEAUHOXTES

Autre appellation de la famille de BEAUHOXTES

CAVAILHE Marie

Donatrice de l'abbé Saunière: 700,00F en 1887 pour payer l'autel.

CHALULEAU

Famille installée à rennes le château.

Généralement cultivateurs. Marius meurt pour la France en 1917.

CHAMBORD Comtesse de

Femme d’Henri V, prétendant au trône de France. Ce dernier est resté célèbre pour avoir refusé le pouvoir qui lui était proposé.

Elle intervient dans l'affaire comme étant la première donatrice de l'abbé avec un don de 3000,00F en deux fois en 1886. Elle meurt la même année.

CLOTTES

Famille installée à Rennes le château.

COLL (banque)

Une des nombreuses banques qu'utilisait l'abbé Saunière.

CORBU Noël

COURRENT Paul (docteur) (1861 - 1952)

Personnage riche, il eut une grande activité dans la région et tout particulièrement à Rennes les bains à l'époque de l'abbé Saunière. Ils se connaissaient bien d'ailleurs, puisqu'il lui rédigea de nombreux certificats médicaux de complaisance. Il était aussi le médecin de l'abbé BOUDET.

D

DABAN H.

Fournisseur de l'abbé Saunière : Fournitures d'autel et vêtements de culte.

DALBIES (famille)

Famille propriétaire du château à l'époque de l'abbé Saunière. Ils l'avaient acquis en 1867 des AVIGNON-CAPTIER, et le cédèrent en 1946 à la famille FATIN.

La famille DALBIES exerçait essentiellement la profession de cultivateur. Ils entretenaient de bonnes relations avec l'abbé Saunière

DEFRETIN SEVERIN

Fournisseur de l'abbé Saunière établi à Lilles : Epicerie et conserves fines.

DELMAS Abbé

Curé de Rennes les bains durant 60 ans, il écrivit un ouvrage "Antiquités des bains de Montferrand, communément appelés les bains de Rennes" (1709).

DENARNAUD Charles

Forgeron, il effectue de très nombreux travaux pour l'abbé (porte du cimetière, grilles des jardins, cage pour les singes...). On ne sait pas s’il y a un lien de parenté avec Marie Dénardaud.

DENARNAUD (famille)

Famille de rennes le château, souvent chapelier à Espéraza. Les parents de Marie noueront d'excellentes relations avec l'abbé, et partageront avec lui, en particulier, le presbytère.

DENARNAUD Marie

DUCHESNE

Fournisseur de l'abbé Saunière installé à Lilles : Tapisserie et papiers peints.

DUJARDIN BEAUMETZ Henri (1852 - 1913)

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 14:44

Les proches de l’abbé Saunière part 1.

Voici une liste de noms, des personnes qui pour des raisons quelconques, ont eu à rencontrer ou à côtoyer l’abbé Saunière.

Les articles qui vont suivre, ne représentent rien d’autre qu’une collecte d’informations recueillies  et notées souvent comme ça, parce qu’on l’apprend dans une conversation, ou qu’on le lit quelque part.

Peut-être pourrons-nous un jour y trouver des indices efficaces

 

A

ALLOU (Abbé)

Professeur de morale de Bérenger Saunière au séminaire de Carcassonne.

ANIORT

Importante famille noble locale. En 1244 ils sont garants lors de la reddition de Montségur. En 1283 ils reçoivent Philippe III le Hardi et le Dauphin Philippe le BEL. En général, ils ont marqué de leur présence l'histoire de la région.

ARMBRUSTER Etienne

Fournisseur de l'abbé Saunière, en alcool et en foie gras (Castelnaudary) surement du cassoulet aussi il est excellent ici.

ARTOZOULS (Famille)

Famille implantée à Rennes le château depuis des générations. Souvent décrits comme "propriétaires" et "cultivateurs".

Un certain Artozouls Antoine fût maire du village de 1808 à 1818.

ASSALIT Guillaume

Viguier du comte du Razès qui établit les fondements du château vers l'an 1000.

(Viguier : Juge qui, à l'instar des prévôts royaux dans les autres provinces de France, rendait la justice dans le Midi (Languedoc, Roussillon) au nom des comtes)        

La datation est très large. On peut imaginer la fortification en pierre d'une partie de l'ensemble préexistant, ou la reconstruction d'un ouvrage ruiné.

ATON Bernard

Suzerain de Rennes le château au XIIIe siècle, qu'il tenait de sa mère. Il eut à faire face à la révolte de son affidé, seigneur du Bézu.

AUDOUNET (famille)

Famille implantée à Rennes le château.

Augustine Marie (Sœur)

Secrétaire de l'Œuvre des Sœurs du Sacré Cœur.  Elle commanda des messes à l'abbé Saunière.

AURAN

Courtier, Bérenger Saunière lui confia un temps la vente de son domaine qu'il avait en projet.

AVIGNON CAPTIER (Famille)

Famille de Rennes le Château. Ils furent un temps propriétaire du château. Michel fût maire de 1826 à 1831. Il signait CAPTIER.

AZAÏS (famille)

Famille de Rennes le château.

 

B

BABOU Nazaire

Construit l'ossuaire du cimetière à la demande de l'abbé Saunière(1895)

BAPTISTE Jean

Fondeur installé à Marseille. C'est lui qui réalise la cloche de l'église de Rennes le château en 1848

BARANTE (Préfet)

En 1800, le préfet BARANTE signale sur le territoire de la commune de Rennes les bains, à Roquenègre et à Cardou des mines d'or, d'argent, de cuivre et de plomb.

BARRET Henri

Relieur de livres, il fît de nombreux travaux pour l'abbé Saunière et sa bibliothèque, allant jusqu'à s'installer à demeure sur certaines périodes (1908). Comme de nombreux fournisseurs de l'abbé, il eut parfois un peu de mal à se faire régler.

BARUTEAU

Famille installée à Rennes le château depuis des lustres. Généralement cultivateurs ou propriétaires, une ferme porte encore leur nom.

BEAUHOXTES

Une des principales donatrices à l'abbé Saunière.

BEAUSEJOUR (Monseigneur Paul de)

BELIN Bernard

En 1267, un acte est signé par un certain Bernard BELIN "archidiacre de Reddez"

BELLOC (Sœur)

Correspondante et donatrice régulière de messes à l'abbé Saunière, même après son interdiction.

BERNARD (abbé)

Curé de Rennes le château attesté en 1727.

BERTHELOT (cimenterie)

Cimentier de Grenoble, fournisseur de l'abbé Saunière pour la construction de la villa.

BIGOU Antoine (1719-1794).

BILLARD (Monseigneur)

BLANCASALL Madeleine

Auteur attribué à un apocryphe, "Les descendants mérovingiens ou l'énigme du Razès wisigoth" (Franchement, bof).

BOSC Raymond

Propriétaire du presbytère après la saisie révolutionnaire qui en est faite. Il le revendra en 1798 à DESARNAUD François.

BOT Elie

BOUDET Edmond

Frère de l'abbé Henri BOUDET. Il était notaire à AXAT, et dessina la carte de la "Rennes celtique" qui illustre "la vraie Langue...". Étant notaire, il avait l'instruction nécessaire à ce type de relevé.

BOUDET Henri.

BOURREL Maçon

Maçon qui construisit le tombeau des Pontils en 1903, à la demande de la famille GALIBERT.

Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 16:29

La Vierge de Pellevoisin.
L’abbé Huguet, n’est pas seulement l’avocat de Bérenger Saunière de 1910 à 1917, il s’intéresse ou plutôt se passionne pour les « Apparitions de la Vierge de Pellevoisin », un petit village de l’Indre.

Il se bat pour faire reconnaître ces Apparitions et devient l’officier en charge de la canonisation d’Estelle Faguette en défendant cette cause à Rome.

Estelle Faguette est miraculée après quinze apparitions.

Estelle Faguette est née le 12 septembre 1843 à Saint-Memmie, commune proche de Châlons-sur-Marne. Ses parents sont paysans.

Toute jeune, elle fait preuve d’une grande dévotion envers la Vierge et se soucie des pauvres et des malades.

Estelle suit les cours à l’école communale de son village, tenue les Sœurs de la Providence de Portieux.

Départ à Paris.

A l’âge de 14 ans, elle suit ses parents qui partent s’installer à Paris, ou elle devint Enfant de Marie à la chapelle des Sœurs de Saint Vincent de Paul.

En 1861, elle entre en chez les Augustines Hospitalières de l’Hôtel-Dieu,

A l’âge de 20 ans, elle fait une chute, suite à laquelle elle dut se retirer de la vie religieuse.

Sa famille, est trop pauvre, elle entre comme domestique dans la famille de La Rochefoucauld.

Sa santé s’aggrave en 1875, elle a alors 32 ans, on lui diagnostique des problèmes pulmonaires, tuberculeux, une tuberculose osseuse qui lui paralyse le bras droit.

Elle est transportée dans le château de Poiriers, qui appartient à la famille de La Rochefoucauld, situé à Pellevoisin. Mais sont état empire, elle est condamnée.

En janvier 1876, à l’article de la mort, elle reçoit les derniers sacrements, et elle est transportée dans une maison de Pellevoisin appartenant à la famille de La Rochefoucauld.
La maladie frappe plus fort.

Le 8 février, Estelle est frappée d’une violente crise et un médecin, le docteur confirme les diagnostics précédents.

Selon lui, la jeune femme n’a plus que quelques heures à vivre.

Le 13 février Estelle fait demander à la comtesse de La Rochefoucauld, d’offrir deux cierges à la Vierge. Elle voulut que l’un soit placé à Notre Dame des Victoires, l’autre à l’autel de Notre Dame de Lourdes, dans l’église de Gesu (l‘église des frères Jésuites à Paris).

Le miracle.

La première apparition de la Vierge eut lieu dans la nuit du 14 au 15 février 1876. Il y en aura 14 autres.

Toutes ces Apparitions se produisirent à minuit.

La guérison intervient après la cinquième apparition qui a lieu la nuit du 18 au 19 février.

Mais curieusement son bras droit ne fut guérit que le lendemain matin, après avoir reçu l’Eucharistie.
Après sa guérison, la Vierge apparut encore 10 fois à Estelle, du 1er juillet au 8 décembre 1876, lui parlant et lui délivrant à chaque fois des messages dont celui-ci " Si tu veux me servir, sois simple". Marie éduqua Estelle et la conduisit sur le chemin de la sainteté.

Par la suite, Estelle vécut à Pellevoisin en consacrant sa vie à la Gloire de Marie. Fin janvier 1900, le Pape Léon XIII la reçut à Rome.
A l’âge de 80 ans, elle entra dans le Tiers-Ordre Dominicain. Elle décéda le 23 août 1929 à l’âge de 86 ans. Son corps est inhumé dans le cimetière de Pellevoisin.
Cette guérison fut reconnue miraculeuse en 1983 par Mgr Vignancour, archevêque de Bourges.


Repost 0
Published by elwood - dans Mystères
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 15:21

Noël Corbu nait le 27 avril 1912 à Paris.

Issu d’une famille de grande noblesse, il est titulaire  d’un diplôme de docteur ès-sciences.
C’est en 1945, alors qu’il vit à Bugarach, qu’il découvre l’existence de Rennes-le-Château et qu’il entend parler du trésor.

Après plusieurs visites à Rennes-le-Château, la famille Corbu qui a fait ami-ami avec Marie Dénardaud, s’installe dans la Villa Béthania.

Marie Dénardaud raconte sa vie secrète à Noël Corbu, celle qu’elle a vécue au côté du curé de Rennes-le-Château, mais surtout, elle lui promet de lui dévoiler avant sa mort le secret qui le rendra immensément riche.

En juillet 1946, très peu de temps après la rencontre avec Marie Denarnaud, celle-ci fait du couple Corbu ses héritiers.

Noël Corbu et sa famille partent, à l’étranger pour y monter une entreprise, ce qui s’avouera être une mauvaise affaire.
En 1950 ils reviennent à Rennes-le-Château.

Le 29 janvier 1953, Marie Denarnaud meurt de la même façon que l’abbé Saunière, elle n’a pas le temps de révéler son secret qu’elle emporte dans la tombe. Noël Corbu va chercher des réponses dans les papiers qu’il a retrouvés en fouillant tout le domaine, documents, notes, factures laissés par Béranger Saunière.
On lui doit la renommée de Rennes-le-Château.
Il transforme la villa Béthania en hôtel-restaurant, qu’il appel "Hôtel de la Tour". Il fait entendre une bande magnétique à ses clients qui raconte la légende de Rennes et du "curé aux millions".

La presse s’empare de l’histoire, c’est le début de la renommée pour le petit village de Rennes-le-Château.
Noël Corbu a cherché le trésor durant des années, mais sans résultat, il organisa et participa à des campagnes de fouilles, mais la aussi : rien.

En 1965, il vend le domaine à Henri Buthion, un passionné de l’affaire.
Il meurt dans un accident de voiture le 20 mai 1968,
Il publie secretement un roman intitulé, "le mort cambrioleur".
Un bon roman policier inspiré sans doute par la litterature Anglaise de l'époque.
Le titre lui, semble venir d'une inspiration locale !

Repost 0