Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : sci-fi by elwood
  • sci-fi by elwood
  • : tout sur le paranormal, l'étrange; l'occultisme, les nouvelles technologies, l'espace, les phenomenes etranges ou inexpliques et plein d'infos sur ce qui n'est jamais mediatise
  • Contact

SOS

 









Rechercher

Archives

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 22:04

Histoire drôle au couvent.

Pour ne pas changer de registre, l’histoire se passe dans un couvent. La mère supérieure vient d’apprendre que l’évêque va venir visiter le couvent l’après midi même.

Elle prévient toutes les sœurs de l’événement.

Et elle court prévenir le jardinier, un gars sympa et travailleur mais pas très vif d’esprit.

- Léon, après midi l’évêque vient nous rendre visite.

- Ha ?

- J’ai l’habitude de ses visites et je sais qu’il va vouloir vous poser des questions.

- Ha ?

- Je vais vous les apprendre.

- Ha ?

- Il va vous demandez qui est votre patron ?

- Ben c’est vous ma mère

- Heu non, il faudra répondre Jésus.

- Mais je ne m’en souviendrai jamais

- Hé bien, ou serai vous après midi ?

- Je vais tondre la pelouse

- Alors écrivez-le discrètement sur la tondeuse

- Bonne idée ma mère

- Ensuite il va vous demandez ou il est mort

- Heu !

- Et bien sur la croix, notez-le sur la tondeuse

L’après midi l’évêque fait son petit tour et se dirige vers Léon. Après les présentations d’usage, il pose sa première question au jardinier.

Dites moi mon fils qui est votre patron ici ?

Discrètement il regarde la tondeuse et dit :

- C’est Jésus !

- Bien mon fils, et ou est-il mort ?

Même coup d’œil discret et il répond

- Sur la croix !

Mais l’évêque surpris veut coller le jardinier.

- Dites-moi, qui étaient les deux larrons crucifiés à ses côtés.

Un peu paniqué le jardinier regarde la tondeuse et relève la tête avec un grand sourire et annonce :

-Black et Decker

 

Repost 0
Published by elwood - dans drole et jeux
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 20:56

Encore une autre allusion dans la XIVème Station.

Nous pouvons lire dans l’évangile de Paul :

« Nicodème vint aussi, lui qui naguère était allé trouver Jésus au cours de la nuit. Il apportait un mélange de myrrhe et d'aloès d'environ cent livres. »

Cinquante kilos de produit de soins pour un blessé, c’est déjà énorme, mais pour quelqu’un supposé mort, avoué que c’est curieux.

Quelle est l’utilité de tant de produit si précieux ?

Encore un mystère.

Un dernier pour conclure cette série d’articles sur le chemin de crois de Louis de Coma et de l’église de Raynaude.

Jésus dans ces représentations ne porte pas la couronne d’épines, plus qu’étranges cette fois, c’est une des souffrances du Christ sinon la plus connue, elle est remarquée sur toutes les représentations de Jésus mort sur la croix.

Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 20:27

La dernière station, la plus mystérieuse part 1.

La XIVème station nous montre la mise au tombeau de Jésus. La les deux curés semblent d’accord la scène se passe la nuit. En effet on voit bien la torche qui éclaire la mise au tombeau dans la scène de Louis de Coma. Et dans la station XIV de Rennes le Château, l’abbé Saunière a maquillé le soleil en lune pour montrer que la scène se passe la nuit.

On le comprend bien d’ailleurs, sauf que les textes des évangiles décrivent que la scène de la mise au tombeau du Christ se passe le jour.

Que veulent nous dire ces deux stations ?

Que doit-on comprendre ?

(La je me lance dans une théorie qui m’est propre)

On peut imaginer que la scène ne raconte pas la mise au tombeau de Jésus.

 Mais que la scène décrite montre la sortie du corps de Jésus et sa substitution par son sosie ou son jumeau. C’est pour cela que la nuit est représentée, non pas au sens de la période du jour, mais pour nous montrer que cela a été fait secrètement.

Mais est ce bien Jésus qui était sur la croix ou son jumeau ?

Dans ce cas on peut comprendre que des gens dans le secret ai voulu cacher cela, et surement cacher que Jésus a vécu après, et qu’il a bien eu une descendance, d’ailleurs certains on tout de même avancé que les statues de joseph et Marie tenant chacun un enfant identique dans l’église de Rennes le Château, serait en fait Jésus et Marie Madeleine

A suivre

Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 18:57

Etudions la première station.

Sur la station 1 de Louis de Coma, on distingue Jésus condamné à mort, rien d’anormal, et pourtant on ne peut s’empêcher d’y trouver quelques points communs avec la première station de Rennes le Château.

Ponce Pilate se lave les mains dans une coupe portée par un enfant noir, on retrouve cette scène sur les deux stations, Rien d’anormal mais étrange, en effet je n’ai trouvé dans aucun évangile une trace ou une explication à la présence de ce gamin.

Alors des hypothèses sont avancées, en voici une parmi tant d’autres.

Le jeune garçon noir ou « nègre » serait un symbole ou un indice nous dirigeant vers la montagne le Rocco négro….

Bien sur le plus évident Marie de Nègre, mais alors d’autres sont vraiment dans le secret.

Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 06:15

A la station 5, Simon aide Jésus à porter sa croix.

Cette scène comporte des ressemblances avec les réalisations de Béranger Saunière mais, nous remarquons une ressemblance frappante avec la peinture du maître-autel de l’église de Rennes le Château.

Etrangement, une pyramide figure dans les deux scènes et au même endroit, sur la droite du paysage.

Est-ce une référence historique au fait que Marie-Madeleine et sa Famille soient venu  d'Egypte ?

C’est une pyramide de base 5 comme un pentagramme.

Ou alors une référence à Vénus, la seule planète en orbite qui prend la forme d'un pentagramme tous les huit ans, est qui est l'équivalent céleste de Marie-Madeleine ?

Tout cela a certainement une raison d’être, mais laquelle ?

Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 06:00

Sur la station III on aperçoit au sol, un glaive Romain dans son fourreau sur lequel figure trois croix, ou trois X.(les interprétations sont diverses.

En fait cette arme utilisée principalement par les gardes du corps et les gardiens qui sont assignés à la protection des hauts magistrats et des consuls.


Mais qui gardaient-ils ?

Qui étaient ils censé protéger ?

Jésus ou Ponce Pilate ?

Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 17:27

La station XI : Jésus mis en Croix.

La scène est étrange pour illustrer le christ mis sur la croix.

En effet habituellement la crucifixion est faite avec des clous, ici on  montre le Christ  attaché avec une corde.

Ce n'est pas habituel, bien sur les Romains, pour les crucifixions, utilisent plutôt de la corde, moins onéreuse que les clous et qui par la suite entraine une mort par suffocation plus lente et plus douloureuse.

La crucifixion par corde est un châtiment des plus cruels pouvant durer des jours.


La question est :

Pourquoi les romains attachent-ils une corde autour de la taille du Christ ?





Une autre énigme avec les stations II & III.

Sur les stations II & III on peut remarquer une sorte de masse d’armes ou une massue.

À quoi servent-elles ?

Qui cette femme semble frapper avec une telle détermination dans le regard et l’expression de son visage ?

Ces armes représentent elles la même chose ?

Veulent-elles nous dire quelque chose.


Quel est le rapport entre ces deux scènes de la passion ? 

Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:53

La station XIIPremières constatations.

Quand on regarde les stations du chemin de croix de Louis de Coma, nous devons nous rendre à l’évidence que ce chemin de croix fait en acier, en métal repoussé pour être plus précis, a lui aussi quelques détails étranges voir insolite.

Béranger Saunière avait des exigences  précises  pour ses stations de chemin de croix, rappelons, qu’il a acheté  une version très onéreuse  d'un chemin de croix d’une entreprise de Toulouse.

Ensuite, il va les  modifier pour des raisons qui nous restent encore floues, nous laissant avec nos questions.

Il est évident que les deux prêtres avaient beaucoup d’idées communes.

Mais quelles raisons ont amenées Louis de Coma de faire réaliser ce chemin de croix, qui comporte des particularités qui pour certainement sont propres à sa propre histoire.
Le chemin de croix de Louis de Coma semble avoir été commandé à une société du nom de Revillon.

Voyons pour comprendre cette réalisation, la station XII.

On voit bien qu’il s’agit d’une sorte de grotte, cette station est différente des autres, en ce sens que celle-ci ne contient pas un tableau en métal, mais une représentation quasi grandeur nature du christ sur la croix.





















Les détails de cette station VII


Repost 0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 15:31

L’église de la Raynaude et son chemin de croix

Très curieuse cette église de Notre Dame de Raynaude et son histoire et l’est également.

L’emplacement de cet édifice était à l’origine sur le flanc de la colline, et derrière se trouvait et se trouve toujours un chemin de croix disposé sur cette colline.

Au début l’église portait le nom de Saint Lizier d’estilled.

Presque totalement détruite, pendant les guerres de religions, elle est en partie rénovée.

En 1724,  l’évêque de Rieux constate, qu’une grande parie des murs et la totalité de la toiture doivent être refait. Ce n’est qu’en 1777 que des travaux seront réalisés pour réparer l’église.

En 1862, l’abbé Rousse, qui vient de prendre son poste de la paroisse de  Raynaude cherche une solution et surtout des fonds pour refaire son église.

En effet, à cette époque il n’a ni église, ni presbytère et comble de malheur pour notre prêtre, les enfants catholiques vont à l’école protestante.

Notre curé va alors chercher et trouvé un lieu à sa convenance et permettent à tous ses paroissiens du village comme des alentours de venir aisément assister aux offices.

Les travaux débutent en 1863, pour s’achever en 1865, date à laquelle sera célébré le premier office.

Mais une question se pose immédiatement.

Ou l’abbé Rousse a-t-il trouvé l’argent nécessaire, à la réalisation d’une église, d’un presbytère, d’un orphelinat, du calvaire qui va devenir le chemin de croix sur le flanc de la colline ?

L’abbé Rousse nous laisse une explication (son explication).

Dans une lettre envoyée au diocèse, il écrit :

 

« …sur un fond m’appartenant et sans secours, ni de la commune, ni de l’Etat, je commençai cette église et le presbytère attenant.
Avec mon patrimoine, mes économies, mes privations, mes veilles, mes sueurs aussi et quelques dons personnels de personnes qui m’étaient dévouées, je suis arrivé au résultat que voilà ».


Cette église est dédiée à Marie Immaculée, à Saint Joseph et à Sainte Anne.

Cette dédicace coïncide avec les apparitions de la Vierge à Bernadette Soubirous à Lourdes.

L’abbé Rousse doit tout de même faire appel à des dons, il sollicitera même Napoléon III et l’impératrice Eugénie.

Mais trente plus tard les travaux ne sont toujours pas terminés.


Un don inespéré.

Est-ce une légende ou la vérité ?

On dit que le milliardaire John D. Rockefeller (rien que ça) de passage dans la région, sensible aux problèmes de notre curé lui aurait fait un don substantiel pour qu’il puisse achever ses travaux.

Quelle manne providentielle, et quel heureux hasard qu’un milliardaire Américain passe par ce lieu perdu et reculé (sans motif connu).
Les tableaux originels des stations de ce chemin de croix ont disparus, avec le temps abimés ou volés.

A l’origine les chapelles du chemin de croix abritaient des tableaux en céramique, comme cela était fait habituellement.

Au début des années cinquante, l’évêché qui vient de récupérer le chemin de croix d’un Monastère de Foix qui vient d’être détruit à la dynamite sur ordre de l’évêque, en fait don à l’église de Notre Dame de Raynaude. On a coutumes de l’appeler ce chemin de croix du père Louis de Coma ancien, nom du prêtre qui officiait dans ce monastère.
L’église est consacrée en 1895 par l’évêque de Pamiers Monseigneur Rougerie.

A suivre
Repost 0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 06:15

La quatorzième station de Notre Dame de Marceille.

Comme à Rennes le Château la dernière station apporte son lot de surprise, et de taille.

Jésus est mis au tombeau, mais je dois dire que la en voyant cette représentation, j’ai eu un recul.

En effet, si on y voit bien le christ mis au tombeau, on voit que c’est son sosie qui le tient sous les aisselles. Et plus encore le sosie porte les vêtements que Jésus porte tout au long de son terrible parcours.

Que veut nous dire ce message et que peut-on en déduire ?

Veut-on nous dire que ce n’est pas Jésus qui est mort sur la croix mais que son frère a pris sa place au tombeau?

Ou Jésus est mort et on y voit la une usurpation parfaite, symbolisé par le remplacement des vêtements, expliquant du coup la résurrection ?

Ceci voulant de toute façon accréditer la thèse du frère jumeau, comme le statuaire de Rennes le Château semble également nous l’indiquer.

Voila donc pour ce sanctuaire de Notre Dame de Marceille. Nous allons voir d’autres lieux qui apportent eux aussi leurs similitudes avec le domaine de L’abbé Saunière.

Repost 0